Nouveaux programmes d’enseignement scolaire

Les projets de clarification et d’ajustement des programmes d’enseignement moral et civique, de mathématiques, de français et de sciences pour la scolarité obligatoire (cycles 2, 3 et 4) ont été récemment votés par le CSP, et seront mis en place à la rentrée 2018/2019.

Par une lettre de saisine du 31 janvier 2018, le ministre de l’Éducation nationale a demandé au CSP de clarifier les programmes de français, de mathématiques et d’enseignement moral et civique pour la scolarité obligatoire. En parallèle, le Conseil s’est autosaisi le 8 mars 2018 afin d’effectuer le même travail concernant les programmes de sciences pour la scolarité obligatoire.

Les groupes d’experts missionnés par le CSP pour élaborer ces propositions de clarification et d’ajustements ont récemment transmis leurs travaux aux membres du Conseil. Ces derniers ont voté l’ensemble des textes lors de trois séances plénières tenues en mai et juin 2018.

Dans chaque projet, les groupes d’experts ont précisé les repères annuels de progressivité afin d’aider les professeurs à mieux organiser leur enseignement au fil du cycle. Ces repères annuels seront plus précisément développés par la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) du ministère de l’Éducation nationale, pour les mathématiques et le français.


De nouvelles recommandations pédagogiques viennent en appui des programmes scolaires pour faciliter l’apprentissage des savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter, respecter autrui. Quatre recommandations pédagogiques et un guide  « Pour enseigner la lecture et l’écriture au CP » ont été transmis, le 26 avril 2018, aux professeurs des écoles et des collèges afin d’amener tous les élèves à la réussite scolaire.

Un cadre général sur l’enseignement des fondamentaux

Le ministère de l’Éducation nationale met à la disposition des professeurs des documents de référence visant à consolider un enseignement rigoureux, explicite et progressif en français et en mathématiques durant la scolarité obligatoire.

Les quatre circulaires apportent aux enseignants un cadre général sur l’enseignement des fondamentaux. Ces recommandations sont issues des meilleures pratiques des enseignants et de la recherche nationale et internationale.

Deux recommandations sur la maîtrise de la langue

Deux recommandations portent sur l’enseignement de la lecture et sur l’enseignement de la grammaire et du vocabulaire.

Elles s’inscrivent dans le prolongement du guide fondé sur l’état de la recherche « Pour enseigner la lecture et l’écriture au CP »qui fait notamment apparaître que :

  • l’enseignement systématique des correspondances graphèmes-phonèmes est la méthode la plus efficace ;
  • les activités d’écriture doivent être menées conjointement aux activités de lecture ;
  • la lecture fluide, qui doit être acquise au CP, est la condition indispensable à la bonne compréhension d’un texte ;
  • un manuel de lecture choisi en toute connaissance de cause est un levier de progrès ;
  • une fois la lecture fluidifiée, la compréhension des mots, des constructions, des phrases et des textes doit continuer à faire l’objet d’exercices spécifiques de grammaire, de vocabulaire et de conjugaison.
Deux recommandations sur le calcul et la résolution des problèmes

L’apprentissage du calcul est à la base du raisonnement mathématique. Il est donc indispensable de donner le sens des quatre opérations dès la classe de cours préparatoire et de travailler les automatismes de calcul des élèves pour faciliter la résolution des problèmes.

Ces quatre recommandations s’inscrivent dans une stratégie globale de maîtrise des savoirs fondamentaux par tous les élèves de l’école primaire.

Retrouvez les textes officiels des quatre recommandations pédagogiques :

Interview de Souad Ayada – Le Point – Article du 30/06/2018

Fin du prédicat, retour du passé simple, des accents circonflexes… Souâd Ayada, présidente du Conseil supérieur des programmes, répond aux « pédagogistes ».

Souâd Ayada, qui tient à préciser que ces ajustements ne sont pas de nouveaux programmes, nous explique l’esprit de ses propositions et nous confie ses craintes concernant l’appauvrissement de la langue. Au passage, elle règle ses comptes avec son prédécesseur Michel Lussault et avec les « pédagogistes » qui l’accusent de vouloir « détricoter » la refondation de l’école.

Téléchargez l’article


En savoir plus sur le CSP : https://www.agnesthill.fr/2018/07/membre-du-conseil-superieur-des-programmes/