Baccalauréat 2021 : faire des lycées des tremplins vers l’avenir

“Nous voulons ainsi offrir davantage de choix aux élèves, éviter les hiérarchies artificielles entre les séries” (Jean-Michel Blanquer, conférence de presse, 14/02). 73% des étudiants échouent à obtenir une licence en trois ans. Ce chiffre est inacceptable. C’est pourquoi, il est indispensable de faire en sorte que les élèves, en préparant le baccalauréat, approfondissent ce qui les fera réussir après le baccalauréat.

Pour cela, il faut un lycée à la fois plus progressif, qui donne plus le choix, qui accompagne mieux et qui permette aux élèves d’approfondir leurs connaissances. Le baccalauréat 2021, un examen plus progressif qui valorise mieux le travail des élèves

Les ambitions de la réforme du lycée :

  • simplifier l’organisation du baccalauréat,
  • en faire un tremplin vers la réussite dans l’enseignement supérieur,
  • renforcer l’information et le conseil a l’orientation des élèves,
  • transmettre une véritable culture commune solide à tous les élèves grâce aux enseignements communs,
  • donner aux lycéens plus d’accompagnement et de choix.

mieux accompagner les élèves dans la conception de leur projet d’orientation.

Le contrôle continu :

Le baccalauréat 2021 repose sur un contrôle continu prenant en compte le travail et la progression des élèves durant les années de première et de terminale et sur des épreuves terminales.

La note finale est composée de 60% d’épreuves terminales et 40% de contrôle continu. Avec le bac 2021, le baccalauréat est évalué sur 2000 points. Entre 800 et 999 points, l’élève bénéficie de la procédure de rattrapage.

Un grand oral pour tous les élèves : au cours de leur scolarité, ils vont apprendre à maîtriser cette compétence fondamentale pour leur réussite professionnelle et personnelle, grave à des programmes revus en conséquence.

La dimension nationale du baccalauréat est renforcée : 90% de la note finale est issue de sujets nationaux avec des copies anonymes.

Le nouveau bac est plus juste : les élèves ne « jouent » pas leur examen en une semaine. Cela évite le bachotage et permet à l’examen de prendre en compte le travail et le progrès des élèves.

En amont, les lycées se transforment :

Lycée général et technologique

Plus de choix : en seconde, test de positionnement pour évaluer les besoins des élèves en français et en seconde ; en première et terminale générale, les 3 séries ES, S et L sont remplacés par des enseignements communs (16h) et par choix de 3 enseignements de spécialité en première puis 2 en terminale (12h).

Des enseignements optionnels viennent compléter le profil de chaque élève ; en première et terminale technologique :  enseignements communs à toutes les séries et des enseignements de spécialité qui découlent de ces séries.

Plus d’accompagnement : 54h chaque année pour réfléchir à son orientation : stage, forum des métiers organisées en collaboration avec les régions. Les élèves bénéficient de deux professeurs principaux en terminale.

Lycée professionnel

des parcours d’excellence : création de campus des métiers : 3 par région d’ici 2022.

des parcours plus souples pour s’adapter aux besoins et aux envies des élèves

développement de l’apprentissage dans les lycées professionnels

des parcours plus progressifs :  CAP en 1, 2 ou 3 ans ;

Des secondes organisées en famille de métiers : 3 familles dès la rentrée 2019.

des parcours mieux accompagnés : 100 heures par an pour réfléchir à son orientation, en terminale module de soutien pour l’insertion professionnelle ou la poursuite d’études.


Pour aller plus loin