Dénonciation du temps programmé dans l’hémicycle

Le temps législatif programmé bâillonne l’expression des non-inscrits, comme ceux de l’opposition. Impossible de s’exprimer dans l’hémicycle sur les sujets pourtant graves du projet de loi bioéthique.

Cela interroge notre démocratie car si nous ne pouvons pas prendre la parole, quel sens pour ceux que nous représentons ?

Alors que ceux qui ont le droit de prendre la parole ne s’en donnent pas la peine et sont absents ?

En ce mardi 7 octobre ayant épuisé depuis longtemps notre seule et unique heure de temps de parole, la Présidente vient de dire : « en raison du temps imparti aux non-inscrits écoulé, les amendements sont portés au vote sous réserve de la présence de leurs signataires ».

Ce projet de loi passe en force sans même entendre des positions différentes.

Le Conseil constitutionnel a été saisi.