Mon discours lors de la discussion générale sur la mission enseignement scolaire du PLF 2021 et mes questions à Jean Michel Blanquer :

  • Ce budget pour l’année 2021 met l’accent sur l’enseignement du 1er degré avec la création de 2000 postes supplémentaires
  • Revalorisation de quelques 400 Millions d’euros prévus pour les enseignants.
  • Recrutement de nombreux AESH qui se poursuivra en 2021, mais leur nombre n’est pas l’unique problème, le sujet de leur rémunération doit être discuté.
  • La crise sanitaire a mis notre école à rude épreuve et tous les efforts du monde n’auraient pas évité que certains élèves décrochent ou prennent du retard. Il nous faut mettre en place des dispositifs supplémentaires pour venir en aide aux élèves en difficulté, et accompagner davantage ceux existants, comme les stages de réussite proposés pendant les vacances scolaires. Ces dispositifs seront très certainement plus que nécessaire cette année et nous espérons que des financements adéquats leurs seront accordés.
  • Trop peu de moyens sont accordés à la médecine scolaire et aux psychologues scolaires alors que leur rôle est essentiel pour l’équilibre de notre système scolaire, tant pour les enseignants que pour les élèves.
  • suppression de nombreux postes dans l’enseignement secondaire contrebalançant les créations dans le primaire, et alors même que nos adolescents du secondaire manifestent de grandes difficultés pour lire, écrire, et parfois même compter.
  • proposition du Président de la République de mettre fin à l’enseignement à domicile. Un problème d’inconstitutionnalité concernant la liberté d’enseignement va se poser. Et nous savons tous que l’école ne s’adapte pas à chacun et c’est normal. Quelle sera l’ampleur des moyens qui seront nécessaires pour accueillir les quelques 25 000 élèves concernés ? L’instruction obligatoire à 3 ans a couté 100 millions d’euros à compenser aux communes. Combien cela devrait-il couter cette fois-ci ?
  • Interrogation sur l’importante croissante des moyens financiers investis depuis des dizaines d’années dans l’enseignement scolaire, et le déclin objectif et inquiétant du niveau de nos élèves et de la baisse de l’autorité de nos professeurs.

J’accueille ce budget de manière nuancée, actant sa forte augmentation mais en gardant quelques interrogations auxquelles nous attendons attentivement les réponses.

Cliquer ici pour voir mon intervention en vidéo


Lire mon discours :