Situation du sport en période de confinement

Ma question en commission éducation (en visio conférence) à MM. Michel Cadot, Délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques et président de l’Agence nationale du sport, et Frédéric Sanaur, directeur général de l’Agence nationale du sport :

La baisse du nombre de licenciés est absolument terrible pour le monde du sport, le comité Olympique français estime que les clubs ont perdu 1,6 millions de licenciés, représentant une perte de l’ordre de 260 millions d’euros en terme de cotisation.
J’ai notamment insisté sur le fait que de nombreuses fédérations se sont élevées contre la fermeture des clubs de sport qu’ils soient urbains ou ruraux. Ces fermetures sont une catastrophe pour les jeunes qui restent chez eux à manger des chips et jouer à la console plutôt que d’aller jouer sur un court de tennis où ils seront 4 avec un entraineur sur une surface de 50 mètres carrés….
Beaucoup de ces clubs n’ont pas beaucoup de structures, peu de moyens, des salariés à payer… Des bénévoles se démènent toute l’année… beaucoup d’associations ne se remettront pas de leur fermeture. Les risques sont d’autant plus présents que de très nombreux clubs amateurs, véritables piliers de la pratique du sport dans notre pays, sont aujourd’hui en grande difficulté financière, en grande difficulté humaine, ce qui laisse à penser qu’il n’y a eu aucune concertation, ni aucun plan de continuité d’activité en cas de crise ce qui semble assez invraisemblable.


Le texte complet :

La baisse du nombre de licenciés est absolument terrible pour le monde du sport, le comité Olympique français estime que les clubs ont perdu 1,6 millions de licenciés, représentant une perte de l’ordre de 260 millions d’euros en terme de cotisation.

Cela amène à se poser plusieurs questions :

· La période préolympique permet généralement à un pays de lancer des mouvements populaires en faveur du sport, d’augmenter le nombre de licenciés et donc de vocations, qui se retrouvent d’ailleurs souvent dans les résultats sportifs du pays hôte des Jeux olympiques. La France risque-t-elle de connaitre un retard de ce point de vue ?

· Par ailleurs, de nombreuses fédérations se sont élevées contre La fermeture des clubs de sport qu’ils soient urbains ou ruraux. Ces fermetures sont une catastrophe pour les jeunes qui restent chez eux à manger des chips et jouer à la console plutôt que d’aller jouer sur un court de tennis où ils seront 4 avec un entraineur sur une surface de 50 mètres carrés…. Beaucoup de ces clubs n’ont pas beaucoup de structures, peu de moyens, des salariés à payer… Des bénévoles se démènent toute l’année… beaucoup d’associations ne se remettront pas de leur fermeture. Les risques sont d’autant plus présents que très nombreux clubs amateurs, véritables piliers de la pratique du sport dans notre pays, sont aujourd’hui en grande difficulté financière, en grande difficulté humaine, ce qui se laisse à penser qu’il n’y a eu aucune concertation, ni aucun plan de continuité d’activité en cas de crise ce qui semble assez invraisemblable. Comment peut-on aider davantage ces clubs et associations, et comment vous préparez-vous pour éviter de telles lacunes à l’avenir ?

· Enfin concernant le « pass sport » annoncé hier par le Président de la République, serait-il envisageable qu’une petite partie, au moins dans un premier temps, puisse financer l’achat de billets pour certains évènements sportifs ? Voir du haut niveau est aussi un moyen d’intéresser les plus jeunes à la pratique d’un sport et de nombreux clubs ayant énormément souffert des pertes de billetterie, cela permettrait de faire d’une pierre deux coups.