Projet de loi relatif à l’adaptation de nos outils de gestion de la crise sanitaire

Le Président de la République a pris la parole et semble avoir décidé seul de mesures très liberticides. Ainsi, encore une fois, notre démocratie est bafouée, le Président décide, le Parlement ne devrait donc plus qu’enregistrer sa volonté, sans débat ! Le Président prend la parole le 12 juillet, le conseil d’état n’a pas encore donné son avis et le parlement ne sera consulté qu’à partir du 20 juillet avec un vote final, peut-être, le week-end du 24 juillet. Force est de constater encore une fois que le Parlement est transformé en chambre d’enregistrement ! Je ne suis pas favorable à une obligation mais je suis favorable à l’incitation pour tous à se faire vacciner, chacun doit prendre ses responsabilités.

On se fait vacciner parce que l’on est persuadé des bienfaits du vaccin, on se fait vacciner car on travaille au contact de personnes vulnérables, on se fait vacciner pour protéger les autres et soi-même, on se fait vacciner pour pouvoir voyager… ou encore parce que l’on considère que l’on ne peut faire autrement, on y va donc par obligation, mais dans tous les cas, on doit pouvoir avoir le choix.

Je souhaite qu’on laisse le choix, mais je ne peux donner raison à ceux qui manifestent en jouant avec les symboles comme le port de l’étoile jaune. J’entends les personnes sceptiques ou hésitantes, mais je pense tout de même qu’avec 3 milliards de personnes vaccinées et les effets détectés et connus, nous pouvons être assez convaincus des résultats des vaccins. On constate des formes graves pour les personnes en « covid long » qui, toutes, n’avaient pas reçu le vaccin.

On nous prévient de la dangerosité du variant delta arrivant de pays durement touchés comme l’Inde ou la Tunisie. Mais pourquoi ne leur envoie t’on pas des millions de vaccins ? Pourquoi ce retard dans le programme Covax ? Lancé en mars 2020, Covax commence ses livraisons depuis seulement deux mois ! Nous ne serons jamais totalement protégés en France si mondialement tout n’est pas fait pour éradiquer ce virus.

J’entends les personnes qui me parlent de la perte de leur liberté. Je les comprends, je m’insurge moi-même souvent contre nos pertes de liberté dans de nombreuses lois dernièrement votées. Mais il ne faut pas oublier que notre liberté individuelle absolue s’arrête là où commence celle de l’autre. On peut faire tout ce que l’on veut à condition de ne pas nuire à l’autre. On s’arrête au feu rouge, on ne roule pas à 300 km/h, pourtant nous sommes libres et nous pourrions le faire.

Par contre, l’instauration de ce pass sanitaire est d’une évidente incongruité, pleine de paradoxes.

Ce pass sanitaire imposé brutalement et largement, contraire aux engagements antérieurs du Président, pose des problèmes d’application et du respect des libertés de chacun.

L’obligation est une atteinte aux libertés, l’utilisation du pass sanitaire devrait se limiter aux cas où l’alternative serait la fermeture ou le confinement, et devrait dépendre du taux d’incidence d’une région par exemple. Il doit être obligatoire pour passer nos frontières, alors qu’aujourd’hui elles sont encore de réelles passoires.

Il pourrait être obligatoire pour des évènements rassemblant réellement de nombreuses personnes, mais là dans le projet actuel, je ne vois que beaucoup de paradoxes et d’impossibilités de mettre en œuvre des décisions prises en Conseil de défense à Paris entre quelques-uns totalement coupés de la réalité et de la vraie vie :

Vaccination et pass sanitaire dès 12 ans : a-t-on pensé aux conséquences ? Il faut l’accord des 2 parents, donc en cas de parents qui seraient en désaccord sur la vaccination, que fait-on ? L’enfant est-il déscolarisé ?

Les professeurs ne seraient pas obligatoirement vaccinés, mais les enfants le seraient ? Où se trouve la logique ?

Je ne comprends pas pourquoi un adolescent devrait se faire vacciner sous prétexte qu’il risque de contaminer une personne vulnérable ou âgée, alors qu’en même temps cette personne est elle-même vaccinée, donc protégée ? Où est la logique ?

L’obligation de montrer le pass sanitaire pour aller au restaurant ou autre lieu recevant du public tel que les centres commerciaux me semble totalement dénuée de bon sens. Les restaurateurs ne sont pas habilités à vérifier notre QR code avec notre carte d’identité, ils ne peuvent vérifier que le client ne fraude pas. Ils seraient punis d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende s’ils n’effectuent pas ce contrôle, c’est excessif, injuste et totalement inapplicable !

Les policiers qui n’ont pas obligation de se faire vacciner entreront dans un restaurant pour contrôler les clients. Mais eux-mêmes seront ils contrôlés par le restaurateur et devront-ils montrer leur QR code ? C’est tout de même très paradoxal !

Il faut montrer « patte blanche » pour aller faire ses courses, par contre, on peut prendre le métro sans problème, c’est encore une fois très paradoxal !

Les employeurs concernés par le projet de loi vont devoir exiger que leurs salariés soient vaccinés, mais on oublie ainsi le secret médical auquel chacun de nous a droit.

Dans l’avant projet de loi dont nous disposons pour l’instant, il est indiqué qu’une personne ayant contracté le Covid doit être isolée pour une durée de 10 jours. Elle pourra toutefois sortir de chez elle entre 10h et 12h. Serait-ce parce que dans ce créneau horaire, elle serait immunisée mais plus à partir de 14h ? Il est fait mention également « jusqu’au 31 décembre ». Il n’en est pas question ! Quand on met en place des mesures à ce point liberticides, c’est tous les mois qu’il faut rappeler le parlement !

Ne pas contraindre les forces de l’ordre, les enseignants, c’est faire de ces personnels des vecteurs légaux de propagation du virus. C’est absurde, soit on rend obligatoire pour tous, soit pas du tout.

Le gouvernement instaure une vaccination facultativement obligatoire, alors qu’en Juin le gouvernement nous enjoignait « à vivre » et nous prévenait que l’on ne pourrait se faire vacciner sur nos lieux de vacances, or maintenant il faut se faire vacciner en catastrophe n’importe où ! Mais qu’elle sera la logistique mise en place ? Il ne faut pas oublier qu’au-delà des médecins et des infirmiers, il y a de nombreux bénévoles qui gèrent l’accueil, l’enregistrement, la gestion des flux et la surveillance des patients. Ils ont aussi droit à quelques semaines de congés !

Est-ce que pouvoir accéder à l’espace public, conditionné à la production de données de santé, qui sont normalement confidentielles, n’est pas une réelle rupture de nos libertés ? Selon qui nous-sommes, nous pourrions ou pas aller faire nos courses ! Je m’oppose à cela.

Si nos concitoyens sont réellement en danger, alors nous attendons un discours de vérité du gouvernement qui devrait rendre la vaccination obligatoire et prendre ses responsabilités. Or, avec ce projet de loi, nous fabriquons deux sociétés différentes, nous opposons les vaccinés et les non-vaccinés, des citoyens devront en contrôler d’autres. Quelle hypocrisie !

Agnès Thill

Députée de l’Oise

Beauvais, le 16 juillet 2021